Select Page

Catégorie : Madagascar par thème

Aina, guide local à Madagascar

Aina est l’un de nos guides locaux à Madagascar. Rencontre avec ce passionné de voyage qui en a fait son métier !
« Mon travail me permet de rencontrer énormément de personnes : pour moi aussi il s’agit de rencontres ! Des gens qui viennent de loin mais aussi des Malagasy. C’est très enrichissant. J’ai la chance de visiter mon pays et de pouvoir approfondir au maximum ma connaissance de la culture Malagasy. »….

En savoir plus

Le Famadihana

Le Famadihana est avant tout une très grande cérémonie où familles, voisins et connaissances sont tous invités puisque pour les malgaches, les ancêtres gardent une place importante dans leur vie. Bien que boudé par les chrétiens, les habitants des campagnes des hauts plateaux demeurent de fervents pratiquants du Famadihana. Le retournement des morts est, comme son nom l’indique, un rituel dont le but est de recouvrir le reste des corps des ancêtres dans un nouveau linceul.

En savoir plus

Un label Tourisme Equitable et Solidaire

Un label Tourisme Equitable et Solidaire Notre agence de voyages solidaires Grandes Latitudes et sa marque pour les jeunes Grandir Aventure, ont été labellisé par l’ATES (Association pour le Tourisme Equitable Pour obtenir ce label, nous avons été évalué selon des 54 critères rigoureux, pour vous garantir un voyage respectueux de la Terre et des hommes qui nous accueillent. L’objectif ? Une authentique homogénéité entre les personnes, les cultures et l’environnement. Le tourisme équitable et solidaire repose sur 3 piliers : le commerce équitable, la solidarité internationale, l’économie sociale et solidaire. + d'infos Voici quelques uns des critères appliqués par nos agences :  Le financement de projets locaux répondant à l’intérêt collectif C’est le cœur de notre action ! Grandes Latitudes est l’Activité Génératrice de Revenus de notre association Grandir Ailleurs, qui vient en aide aux Enfants des Rues à Madagascar.   Des séjours encadrés prioritairement par des accompagnateurs locaux Les guides locaux sont la pierre angulaire du tourisme équitable et solidaire. Ils sont le lien entre la Terre d’accueil, ses habitants et les voyageurs et assurent une véritable expertise du territoire et de la culture. Mener des opérations de sensibilisations sur le tourisme équitable et solidaire Chaque année, au cours de la semaine de la solidarité internationale, Grandir Aventure organise des actions de sensibilisation à Noisy-Le-Grand : présentation des actions menées, table ronde, projection de films sur le tourisme solidaire… Limiter...

En savoir plus

La culture du cacao à Madagascar

La culture du cacao à Madagascar Les cacaoyers cultivés à l’origine en Amérique centrale furent implantés par la suite en Afrique. L’origine du cacao Découverte Au XV° siècle, ce sont les conquistadores qui ont découvert le cacao. Les Aztèques et les Mayas raffolaient de cette boisson amère et pimentée. Afin de la rendre agréable à leur palais, les Espagnols lui ont ajouté du sucre de la vanille, de la cannelle et du lait. Ce sont ensuite les Portugais qui ont répandu la culture du cacaoyer au fur et à mesure de l’expansion de leurs conquêtes coloniales. Dès 1498, cette culture...

En savoir plus

L’épopée du saphir

Le saphir à Madagascar Madagascar possède une richesse gemmologique hors du commun. À des degrés divers, se trouvent dans la Grande Ile, la quasi-totalité des pierres précieuses qui font rêver : diamants, émeraudes, rubis et, surtout, saphir. L’histoire du saphir à Madagascar Extraction Le saphir est une gemme de corindon qui offre de multiples couleurs, à l’exception du rouge qui désigne le rubis. Le saphir est surtout présent dans les zones tropicales humides, Sri Lanka, Birmanie, Inde, Thaïlande et Brésil. Le plus emblématique des sites d’extraction du saphir est celui d’Ilakaka qui se trouve à 735 km.au sud de Tananarive,...

En savoir plus

Le peuplement de Madagascar

Les ethnies magaches Madagascar compte 20 millions d’habitants qui sont répartis en dix-huit principales ethnies qui se partagent le territoire de l’île. Leur classement tel que nous le connaissons remonte à la colonisation française. Depuis vingt siècles, Madagascar a été façonnée par des peuples venus d’horizons divers, Indonésie, Afrique, Proche-Orient et plus tardivement d’Europe. Brassages ethniques Des brassages séculaires, des migrations intérieures et des conflits ont fini, au fil des siècles par constituer dix-huit groupes ethniques. Ces mouvements de population expliquent les diversités religieuses, animistes, chrétiennes, islamiques, hindouistes, physiques, linguistiques et culturelles de ces groupes. Malgré tout, ils partagent de nombreux points communs. C’est ainsi qu’ils se retrouvent dans le culte des ancêtres, les traditions d’accueil et d’entre aide qui font des Malgaches un peuple particulièrement attachant. Les répartitions sur le territoire Avant de voir plus avant le détail de ces dix-huit ethnies, disons géographiquement et grossièrement qu’elles sont réparties sur la région des plateaux et les zones côtières. Sur les plateaux, la majorité des populations est formée à 25° par les Mérina et à 12° par les Betsilo. Dans les régions côtières, les populations sont métissées de Malais, d’Indonésiens, d’Africains et d’Arabes. Parmi ces groupes se trouvent les Betsimisaraka pour 19° de la population, les Sakalava pour 6° de la population auxquels s’ajoutent les Antandroy, les Mahafaly et les Vezo. 1 – MERINA : « ceux des hauteurs », qui vivent au...

En savoir plus

Madagascar et le riz

Madagascar et le riz Le riz est l’aliment de base des Malgaches qui en consomment une moyenne de 135 kg par an. Pour le Malgache, le riz est aussi bien un produit économique que social. Il ne vous invitera pas à déjeuner, mais à partager son riz : « manasa hihinam-bary ». L’origine du riz Plante endémique Le riz n’est pas une plante endémique à Madagascar. Les premières cultures du riz remonteraient à la révolution néolithique. Les traces avérées les plus anciennes datent de 5000 ans avant Jésus-Christ. Elles ont été retrouvées en Chine centrale, dans la province du Hounan et sur les rives du Gange. Une ordonnance impériale chinoise publiée vers 2800 ans avant Jésus Christ est le premier texte qui concerne le riz qui ait été retrouvé. Culture répandue dans le monde La culture du riz s’est répandue au travers le sud de l’Inde et la Chine avant de gagner la Corée, le Japon, l’Indonésie et la Thaïlande. À l’ouest, elle a atteint la Perse d’où Alexandre le Grand l’a rapporté en Grèce. Vers le X° siècle, ce sont les Arabes qui propagent le riz en Égypte, la côte orientale de l’Afrique avant qu’il n’atteigne Madagascar. La culture du riz Le riz est une céréale semi-aquatique qui pousse en partie dans l’eau. Au départ du cycle de culture, le paddy, terme qui provient du malais padi, est semé dans de...

En savoir plus

Epices et gastronomie malgache

La réputation des épices malgaches, vanille, poivre, cannelle et bien d’autres n’est plus à faire. Aussi étonnant que cela soit-il, il s’agit pourtant de cultures dont l’introduction à Madagascar est récente. Pour comprendre ce phénomène, il nous faut faire un grand bond en arrière pour retourner au Moyen-âge et à la Renaissance afin de connaître le rôle et l’importance des épices à ces époques. Un peu d’histoire Dans l’art culinaire médiéval, les assaisonnements et les sauces, donc les épices qui y participent, tenaient une place prépondérante. Si cet usage des épices correspondait au palais des consommateurs, ils étaient tout autant un signe extérieur de richesse. Dans son livre, le « Viandier », le cuisinier Taillevent détaille les épices indispensables dans la seconde moitié du XV° siècle, aussi bien à la cuisine qu’à la pharmacopée : gingembre, cannelles, girofle, safran, noix de muscade, cumin, sucre et bien sur le poivre. En raison de leur coût, ces épices étaient réservées à une élite fortunée. Cet engouement entrainait des excès difficilement compréhensibles de nos jours. À côté de l’étalon or existait un étalon poivre officiellement reconnu. C’est ainsi qu’en 1526, la dot de la fiancée portugaise du futur empereur Charles Quint était évaluée en fonction de la valeur de 50 000 quintaux de poivre. Commerce des épices Depuis la chute de Constantinople en 1453, l’Empire ottoman contrôlait la partie orientale de la Méditerranée et donc les...

En savoir plus

Madagascar de la colonisation à l’indépendance

Colonisation de Madagascar La colonisation de Madagascar appartient à ce grand mouvement de visées colonisatrices qui anime les puissances européennes à la fin du XIX° siècle. Sous l’impulsion du Président du Conseil, Jules Ferry, la France se lance dans une ambitieuse politique colonisatrice en Afrique comme en Asie. Dans un discours prononcé le 28 juillet 1885, Jules Ferry justifie cette politique en proclamant : « … les races supérieures … ont le devoir de civiliser les races inférieures « . DEBARQUEMENT DES TROUPES FRANCAISES Le 23 avril 1895, les troupes françaises débarquent à Majunga. Après une progression dramatique, une colonne s’empare de Tananarive six mois plus tard. Et le 1° octobre de cette même année, est signé un traité de protectorat. La pacification de la Grande Ile est loin d’être terminée. Ce sera l’œuvre du général Galliéni et le 6 août 1896, après que la reine Ranavalona III ait été déposée, Madagascar devient une colonie française. Ce seront dix-neuf gouverneurs qui succéderont au général Galliéni avec des fortunes diverses. La pacification est loin d’être définitivement acquise. C’est ainsi qu’en 1904, une révolte embrase le sud de l’île. Tout au long de sa présence, le colonisateur va user de toutes les possibilités juridiques qui s’offrent à lui pour imposer sa domination. Depuis 1887, le code de l’indigénat est appliqué dans toutes les colonies. Il distingue deux catégories de citoyens, les citoyens français et...

En savoir plus

Grandes Latitudes

Grandes Latitudes est un organisme proposant des voyages solidaires aux adultes et familles à Madagascar dont elle est la spécialiste.

Grandes Latitudes est un projet issu de l’Economie Sociale et Solidaire. Le principe est donc de réinvestir la majorité des bénéfices dans le financement de ses projets de développement local.

De par ses voyages proposés et les rencontres qu’ils vont permettre, Grandes Latitudes est un outil de sensibilisation. Grandes Latitudes est également un outil de coopération, dans lequel chaque acteur est partie prenante des différents projets sociaux et humains.

Nous contacter

Grandes Latitudes
35 boulevard de Champy Richardets
93160 Noisy-Le-Grand
+ 33 01 45 92 92 21
Immatriculation
IM093120024