Venu en Séjour Solidaire avec Grandir Aventure en juillet 2016, Lucas, 16 ans, a souhaité mettre des mots sur son expérience. Des mots qui ont ému l’équipe : merci Lucas pour cette lettre !

Le soleil réchauffant de Madagascar

« La chaleur. Ainsi si on me demandait par quel unique mot je devrais résumer le séjour je dirais la chaleur. La chaleur physique tout d’abord permise par le soleil réchauffant de Madagascar et particulièrement celui de Morondava. En effet le beau temps et l’absence de pluie ont permis à chacun d’apprécier au mieux la beauté de Madagascar tout en prenant des couleurs qui feront, je l’espère, pâlir mes compatriotes.

La chaleur du peuple malagasy

On peut aussi parler de la chaleur du peuple malagasy. Je pourrais vous parler de la flamme de joie qui animait l’esprit de Dimby ou de la gentillesse de Viviane, je pourrais vous écrire des lignes sur la chaleur de chacun des habitants rencontrés et de leur sourires mais je vais m’en tenir aux jeunes et à notre guide qui nous ont accompagné, nos amis, mes amis.

Je vais commencer par les jeunes, Vero, Prisca, Solo, et Tsila (les jeunes de l’internat de Grandir Ailleurs qui ont accompagné le groupe pendant tout le séjour). Tous âgés environs du même âge nous avons partagé avec chacun d’eux des moments mémorables qui resteront gravés bien plus que dans nos souvenirs, dans nos cœurs. Prisca avec sa gentillesse, Solo avec sa joie de vivre, Vero sa chaleur et Tsila son esprit taquin. Nos amis nous ont montré que malgré la différence de langues, de cultures et de modes de vie nous sommes tous des adolescents quel que soit l’endroit où l’on vit et nos différences sont transcendés par la chaleur humaine.

Navalona, lui, était notre guide, mais loin d’être barbant comme peuvent l’être les guides des musées il nous a aussi fait ressentir la chaleur qui anime son pays et son peuple. J’ai eu le sentiment, à titre personnel, de comprendre la culture du pays et d’en ressentir l’essence, ce qui fait la beauté au-delà de la beauté visuelle. Navalona en plus d’être un excellent guide stagiaire était aussi notre ami.

Rencontre avec les Enfants des Rues

Je pense aussi qu’il faut parler des moments que l’on a partagés avec les enfants des rues, ce pour qui l’association existe. On pourrait penser que le fait qu’ils vivent et dorment dehors ou dans un foyer les rend plus méfiants ou qu’ils perdent leur caractère enfantin. Rien n’en est, ces enfants nous ont marqué. Malgré la dureté de leur condition de vie ils restent enfants et cela est bouleversant. Leur innocence leur permet de tenir et cela est une leçon pour chacun qui vit dans le confort d’un foyer.

« La douche avec pour plafond la voie lactée… »

Aussi l’expérience au village nous a montré le Madagascar rural celui sans doute plus cliché mais tout aussi chaleureux. La douche avec pour plafond la Voie lactée et pour paume de douche un sceau tiré du puits fut marquante et les habitants tout autant. Je pense que ces personnes avec qui nous avons partagé plus qu’un séjour solidaire nous ont offert un joli résumé de ce que peuvent être les habitants de Madagascar et surtout leur chaleur. Ensuite et pour continuer dans cette métaphore filée je voudrais parler de la chaleur de ces paysages.

Ainsi nous n’avons pas vue tout le pays mais malgré ce nous avons vu des paysages sublimes. Du lac Tritriva et son eau cristalline à l’allée des baobabs en passant par les bancs de sable de Manguily, et le parc Kirindy forest… Chacune des choses que l’on a vu dans ce beau pays fut un enchantement et je pense que chacun gardera en mémoire quelque choses de ces paysages, qui sont aussi beaux que fragiles tels les magnifiques papillons que l’on a pu apercevoir au détour d’une fleur exotique.

Enfin la chaleur du groupe où l’ambiance fut toujours excellente et les visages toujours souriants et surtout celle de ses animateurs, Gaëlle et François, qui ont permis cette alchimie si indescriptible mais toujours aussi chaleureuse. Alors voilà c’est la fin et la seule chose qui chauffe physiquement c’est le clavier de l’ordinateur mais au fond de nous quelque chose a changé, quelque chose de plus spirituel.

Je pense que Madagascar nous a fait Grandir. »

 

Lucas