Les ethnies magaches

Madagascar compte 20 millions d’habitants qui sont répartis en dix-huit principales ethnies qui se partagent le territoire de l’île. Leur classement tel que nous le connaissons remonte à la colonisation française. Depuis vingt siècles, Madagascar a été façonnée par des peuples venus d’horizons divers, Indonésie, Afrique, Proche-Orient et plus tardivement d’Europe.

Brassages ethniques

Des brassages séculaires, des migrations intérieures et des conflits ont fini, au fil des siècles par constituer dix-huit groupes ethniques. Ces mouvements de population expliquent les diversités religieuses, animistes, chrétiennes, islamiques, hindouistes, physiques, linguistiques et culturelles de ces groupes. Malgré tout, ils partagent de nombreux points communs. C’est ainsi qu’ils se retrouvent dans le culte des ancêtres, les traditions d’accueil et d’entre aide qui font des Malgaches un peuple particulièrement attachant.

Les répartitions sur le territoire

Avant de voir plus avant le détail de ces dix-huit ethnies, disons géographiquement et grossièrement qu’elles sont réparties sur la région des plateaux et les zones côtières. Sur les plateaux, la majorité des populations est formée à 25° par les Mérina et à 12° par les Betsilo. Dans les régions côtières, les populations sont métissées de Malais, d’Indonésiens, d’Africains et d’Arabes. Parmi ces groupes se trouvent les Betsimisaraka pour 19° de la population, les Sakalava pour 6° de la population auxquels s’ajoutent les Antandroy, les Mahafaly et les Vezo.

1 – MERINA : « ceux des hauteurs », qui vivent au centre de l’île.et qui formèrent un puissant royaume du XVII° siècle à la colonisation.
2 – BETSILEO : « ceux qui sont invincibles », troisième ethnie par son importance numérique ils sont installés dans le sud des hautes terres malgaches, excellents riziculteurs, ils cultivent également le thé et la vigne. Ils maitrisent un important art funéraire.
3 – BETSIMISARAKA : « ceux qui ne se séparent pas », l’ethnie la plus importante qui vit le long de la côte est et cultive café, girofle et canne à sucre.
4 – SAKALAVA : « ceux des longues vallées », ils occupent un vaste territoire qui comprend la majeure partie du littoral oriental. Ils cultivent le café, le girofle et la canne à sucre et pratiquent également la pêche. Ce n’est pas un peuple homogène, mais un ensemble d’ethnies qui ont fait partie d’un ancien royaume disparu vers la fin du XVII° siècle..
5 – ANTAISAKA : « ceux du pays des Sakalava », peuple côtier qui vit au sud-est de l’île.
6 – ANTANDROY : « ceux des épices » qui vivent à l’extrême sud de l’île, peuple de pasteurs itinérants.
7 – MAHAFALY  : « ceux qui font les tabous », ils vivent sur le grand plateau calcaire qui borde la côte sud ouest, longtemps guerriers redoutés, c’est un peuple de pasteurs qui pratique un art funéraire très particulier ?

Tsimihety wikipedia
sakalava_image_wikipedia

8 – VEZO : «  nomades de la mer », ce sont des pêcheurs originaires de l’Afrique de l’Est qui sont installés au sud de l’île. C’est la dernière ethnie malgache nomade.
9 – BARA : d’origine bantoue, pasteurs semi-nomades qui élèvent des zébus, ils vivent sur les plateaux situés au sud de Madagascar.
10 – ANTAKARANA : « ceux de l’Ankara, la falaise », installés au nord de l’île, ce sont des pêcheurs et des éleveurs.
11 – ANTEMORO : « ceux du littoral », d’origine arabe, en grande partie des cultivateurs installés dans le sud est de l’île. Ce sont des fabricants de papier de grande qualité et leurs devins sont réputés.
12 – ANTAIFASY : « ceux qui vivent dans les sables », ils sont installés sur la côte sud est.
13 – MASIKORO : agriculteurs du sud de l’île.
14 – ANTAMBAHOAKA : ethnie d’origine arabe, aux traditions islamiques qui vit dans le sud-est de l’île.
15 – TSIMIHETY : « ceux qui ne se coupent pas les cheveux », ce sont des éleveurs et des riziculteurs qui vivent dans le nord-ouest de l’île.
16 – TANALA : « ceux qui vivent dans la forêt », ils possèdent de grandes connaissances des plantes médicinales et sont installés sur les falaises de la côte Est ainsi que dans les forêts. Même s’ils s’installent ailleurs ils restent attachés à la terre de leurs ancêtres où ils tiennent à être enterrés.
17 – BEZANOZANO : « ceux aux nombreuses petites tresses », ce sont des forestiers installés sur la côte est.
18 – SIHINAKA : « ceux qui errent dans les marais », ils ont longtemps pratiqué une politique de razzia au détriment de leurs voisins. Ce sont des agriculteurs et des riziculteurs de la région du lac Alaotra.

À ces dix huit ethnies, il convient d’ajouter ceux qui constituent huit pour cent de la population, à savoir des Comoriens, des Indiens, appelés Karana, des Chinois, des Mauriciens, des Syriens et des Français.