Le réseau routier malgache

A Madagascar, le réseau routier est synonyme d’aventure.

Les routes à Madagascar

Ce qu’il faut savoir…

Lorsque vous étudiez le programme des séjours que nous vous proposons, vous ne pouvez que vous étonner du temps qui est consacré aux transferts. C’est ainsi que pour vous rendre de Tananarive à Antsirabe qui sont distant de 170 km vous comptez quelques 4h. de route, soit un peu plus de 40km./h. Durant votre séjour, n’espérez pas de moyenne horaire supérieure à 50 km/h.

Cela s’explique par l’histoire du réseau routier malgache.

Les routes à travers l’histoire

Le 23 avril 1895, le corps expéditionnaire français, fort de 25 000 hommes débarque à Majunga. Ce n’est que le 30 septembre suivant que Tananarive capitule. La troupe aura mis près de 5 mois pour parcourir 550 km sans avoir rencontré de grande résistance, mais perdu 4 500 hommes pour cause de maladie contre 25 morts au combat. Cette lenteur et ces difficultés s’expliquent par l’absence totale de route. Les échanges étaient tributaires de sentiers soumis aux aléas du relief et des intempéries et le port des marchandises se faisait à dos d’homme.
Dès 1897, l’administration coloniale française organise les premières voies de communication. Elles ne se développent vraiment qu’à partir de 1901 sous l’impulsion du général Galliéni.

La dégradation des routes

Ce sont plusieurs facteurs qui contribuent à cette dégradation et à cet état précaire. À la vétusté des routes malgaches et l’absence d’entretien s’ajoutent les conséquences des catastrophes naturelles comme les cyclones et les inondations.
Le gouvernement malgache ne consacre que 8 % de son budget aux infrastructures. À cet investissement s’ajoutent les aides de l’Union européenne, de la Banque Mondiale et de la Banque africaine de développement. Cela n’empêche pas le réseau routier malgache à continuer à se détériorer.

Crédit : Pierre Koval

Malgré toutes ces difficultés, nous nous efforçons de vous apporter le meilleur confort possible lors de vos déplacements qui se font à bord de bus privés ou de 4x4.