« Des vacances plus respectueuses de l’homme et de son environnement »

Journal Le Soir, 2 février 2017

2017 sera pour l’Organisation des Nations Unies (ONU) l’année du tourisme durable.

En effet, il est plus que jamais nécessaire de repenser notre façon de voyager et de nous poser des questions sur l’impact de nos vacances sur les populations et les régions visitées.

Quelques chiffres

D’après l’article : « le tourisme représente aujourd’hui environ 10% des productions de richesses mondiales et 1 emploi sur 11 dans le monde, cela alors que l’homme a de plus en plus la bougeotte : on est passé de 25 millions de voyageurs en 1950 à 1,2 milliard en 2015. »

Eh oui ! Nous sommes de plus en plus à être curieux de découvrir cette planète que les multiples moyens de transports possibles semblent mettre à notre disposition.

Mais… Comment ?

Toujours d’après l’article, « La capacité de l’industrie touristique à contribuer au développement social et économique a été reconnue dans plu- sieurs objectifs de développement durable. Encore faut-il que les conditions de travail soient décentes et améliorent effectivement la vie des populations locales. Sans compter l’impact sur l’environnement. C’est là tout l’effet pervers du tourisme, qui porte en lui les germes de sa propre destruction. »

La garantie ATES

Nos agences de voyages solidaires Grandes Latitudes et Grandir Aventure sont labellisées ATES :

« Cette garantie se traduit par un label qui repose sur 54 critères rigoureux. Ainsi, les groupes se limitent à douze personnes, l’hébergement se fait chez l’habitant dans un même but de rencontres, le voyagiste est invité à nouer des relations durables avec ses partenaires locaux, les rémunérations sont justes, l’opérateur veille à valoriser l’implication des femmes dans l’activité touristique… »

Grandir Aventure

L’article du journal prend en exemple nos voyages jeunes :

« Grandir Aventure organise des voyages solidaires pour jeunes de 14 à 25 ans en s’appuyant sur des partenaires ancrés dans le tissu local, en conformité avec l’un des critères de l’ATES dont il est membre. L’idée est de découvrir le monde et se rendre utile à la fois, que ce soit au travers de chantiers à Madagascar ou de séjours de cirque au Cambodge. Les prix varient de 1.000 euros pour 8 jours au Maroc (tout compris) à 1.800 ou 2.790 euros pour 21 jours dans des destinations plus lointaines. »

Aller plus loin …

Notre idée, semer une petite graine dans l‘esprit de nos voyageurs.

Chez Grandir Aventure et Grandes Latitudes, il n’est pas uniquement question de développement local ou de respect de l’environnement et des populations. Il s’agit aussi d’éducation populaire, c’est à dire la progression des idées à titre individuel pour assurer un avenir collectif meilleur.

Voyager avec nous, c’est développer les capacités de chacun à vivre ensemble, à vivre en groupe, à écouter, à comprendre.

C’est apprendre la citoyenneté pour assurer un monde plus ouvert et plus respectueux de chacun et de la nature qui nous entoure.

Grandir Aventure, sur le chemin de la découverte…